Le maison d’Anne Frank vue par Oriane

La statue d'Anne Frank à Amsterdam
La statue d’Anne Frank derrière le musée d’Amsterdam

Tu t’attends à quoi ? Si tu penses visiter un musée classique, inerte, qu’on parcourt en plaisantant… « Après tout, c’est du passé tout ça, c’est bien triste, mais c’est une partie de l’histoire ! Oui, l’histoire, c’est souvent triste, ça fait des bons films… » … T’es carrément à côté ! Dès que tu entres, c’est l’émotion qui domine… Tu n’oses pas parler, tu chuchotes un peu, tu te recueilles…

Ce que j’ai ressenti dans le musée Anne Frank d’Amsterdam

De l’émotion en visitant cette maison dans le quartier du Jordaan et surtout cette « annexe », où ont vécu cachés cette adolescente juive allemande, sa famille, puis des amis de ses parents pendant plus de 2 ans, du 6 juillet 1942 jusqu’à leur arrestation le 4 aout 1944.
De l’émotion d’imaginer la promiscuité, la tension liée à l’enfermement.
De l’émotion de relire et réentendre des extraits de son journal, de voir des témoignages de son père (enregistrés dans les années70), seul survivant des occupants de cette cachette ;
De l’émotion en revoyant des photos d’Auschwitz – où tant de gens ont souffert puis sont morts parce qu’ils étaient juifs, homosexuels ou opposants à Hitler ou aux régimes collaborationnistes – où Anne Frank a fini sa vie elle aussi peu avant la signature de l’Armistice.

L’histoire du journal d’Anne Frank

Elle a écrit pour se libérer un peu de l’oppression, de l’enfermement, de la peur, des difficultés de cette vie sans intimité, mais aussi pour raconter, témoigner. Elle veut devenir écrivain. Le 28/03/1944 elle entend à Radio Londres que le ministre Bolkeshein annonce qu’après la guerre, des journaux et des lettres portant sur cette période seront rassemblées dans le pays, afin de témoigner pour les générations à venir de la vie des « gens ordinaires » durant la seconde guerre mondiale. Elle entreprend alors la rédaction d’un livre à partir de son journal. Ce livre ne sera jamais achevé…

C’est de la vieillerie, ça ne sert plus à rien ?

texte dans le musée d'Anne Frank
Textes dans le musée d’Anne Frank

Qu’en est-il aujourd’hui ? Comment tant de gens ont-ils pu oublier cette horreur ?

Comment l’extrême droite – qui prône des idées xénophobes, homophobes, haineuses et des « solutions » radicales soi-disant contre la crise économique portées puis appliquées par Hitler- peut-elle arriver au pouvoir en Hongrie et aux Etats-Unis et monter en France, aux Pays-Bas et dans le reste de l’Europe dans de telles proportions ? Et comment des politiciens qui se disent gaullistes peuvent-ils flirter avec des idées proches de celles avancées par ces extrémistes ?

Cette maison/musée est remplie d’une atmosphère qui incite à la réflexion, qui ravive le souvenir de cette période si noire et me donne envie de crier :
« Non ! Plus jamais ça ! Plus jamais de partis extrémistes, haineux, racistes au pouvoir ! Qu’Anne Frank soit entendue comme tous ceux qui ont témoigné ! »

Le maison d’Anne Frank vue par Angel

Prendre les billets à l’avance est vraiment intéressant car la queue est régulièrement supérieure à 30 minutes : vive le billet d’entrée coupe file ! Le musée est vraiment très bien conçu, j’ai vraiment apprécié la progression proposée dans cette incroyable histoire d’Anne Franck.

Visiter le musée d’Anne Frank c’est accepter de vivre une vraie expérience émotionnelle

Le musée n’a pas choisi de présenter cette histoire d’un point de vue uniquement solennel, historique ou grandiloquent. Tout d’abord les salles retraçant le contexte historique explique très simplement ce à quoi a dû faire face la famille Franck et les choix qu’ils ont faits : l’exil de l’Allemagne à Amsterdam, puis leur dissimulation dans une cachette.

Portrait d'Anne Frank
Anne Frank Wikipedia

Vous allez tout voir car tout a été laissé en l’état selon les souhaits de la famille. La cachette a été imaginée par le père Otto Franck au-dessus de l’entreprise de produits de confitures dont il était associé. Le musée nous montre cette vie de prisonniers volontaires avec le regard d’Anne Franck et de son père, seul rescapé de cette tragédie.

Cette dimension humaine apporte beaucoup d’émotions et de proximité. Les pièces que vous visitez ont été conservées en l’état depuis 70 ans, vous découvrez les photos mises au mur de ses idoles de l’époque.

Pourquoi Anne Frank n’a pas écrit que son journal ?

On comprend aussi que le journal d’intime a été pour Anne Franck une échappatoire salutaire qui a construit son esprit, elle en a développé une passion pour l’écriture et s’est mise à écrire d’autres textes que son journal.

Queue billets Anne Frank
La queue pour les billets du musée Anne Frank

Quand son père, de retour des camps de concentration a découvert ces textes et le journal, il a mis très longtemps avant d’avoir la force de lire les écrits de sa fille Anne. Dans une interview il explique qu’il ne s’attendait pas à ce que sa fille ait pu écrire avec autant de profondeur et de spiritualité alors que leur quotidien était d’une platitude désespérante.

Il en était totalement bouleversé. Autres témoignages touchants : l’amie d’Anne Franck qui raconte leurs retrouvailles excessivement émotionnelles à Auschwitz et leur aspect de squelette, leur silhouette dessinée par les excroissances des os. Son amie témoigne qu’Anne, même réduite à l’état de zombie, pensait réellement survivre, ce qu’elle ne réussira malheureusement pas.

Qu'en penses tu ? Laisse ton commentaire