Les Coffee shop d’Amsterdam par Oriane

Coffee Shop d'Amsterdam
Coffee Shop à Amsterdam

Ça fait déjà 24H qu’on est arrivés pour visiter Amsterdam, on a rencontré l’odeur du Cannabis, croisé l’enseigne verte et jaune qui indique un coffeeshop, et des commerces type épicerie mais en plus coloré : les headshop …

Pour rappel, la loi autorise ici la consommation par les personnes majeures de drogues dites douces non chimiques (cannabis, champignons hallucinogènes ou magic mushrooms) dans les coffee shop mais pas à l’extérieur, et la vente est limitée à 5g par personne.

La possession de ces substances à l’extérieur des coffee shop et head shop est interdite mais une quantité inférieure à 5g est tolérée même si elle est théoriquement passible d’une amende.

Cannabis Seed
Semences de cannabis

Par contre, le tabac est interdit dans les lieux publics comme en France, y compris dans les coffee shop s’il est consommé sans ajout de cannabis !

Bref, il va bien falloir tester puisque ça fait partie des grandes attractions à Amsterdam !
Alors, c’est parti… Au hasard, on entre, place Rembrandt dans le Coffee shop Smokey…
En entrant, une forte odeur acidulée caractéristique, mais à mon grand étonnement, pas trop de fumée. Une clientèle plutôt jeune, filles et garçons, à 2 ou en petits groupes…
Ça parle toutes les langues, français, italien, anglais…

Choisir son Cannabis
Vente de cannabis

Angel achète pour 5 euros un joint tout prêt, dans un tube en forme de cône.
Le nom « White widow with herbs » lui semble indiquer qu’il ne doit pas être trop fort… Le « serveur » lui confirme.
Quant à moi, je me contente de commander un cocktail de jus de fruits (fraise, mangue, poire) pour 4 euros… Mais… Je ne peux pas laisser Angel fumer tout le pétard tout seul… Et puis je suis curieuse… T’aurais fait quoi à ma place ? Alors, une taf… Une deuxième ? OK. Puis trois, puis quatre… Puis… je ne sais plus !

Bref, on l’a tout fumé à deux. Pas d’effet notoire ni pour lui, ni pour moi… Un peu déçue, mais soulagée à la fois !

Quant aux headshop, on en croise beaucoup près de la gare centrale. Il y en a aussi quelques-uns dans le red district ou dans des lieux ou je ne m’attendais pas non plus à les voir comme le marché aux fleurs… Emplacements attrape-touriste stratégiques ? On se prend au jeu et on y entre !

Head Shop
Magasin borderline d’Amsterdam
Headshop d'amsterdam
Head Shop d’Amsterdam

Ici aussi, une forte odeur acidulée, même si la consommation ne semble pas se faire sur place. Un petit tour de la boutique : herbes, graines de plantes et champignons hallucinogènes à cultiver, morceaux de résine, petites fioles au contenu qui m’est inconnu, blisters de comprimés nommés par leurs effets, produits transformés au cannabis (chocolat, sucettes, glaces, biscuits), accessoires pour la consommations, objets de décoration, boites et vêtements dans le thème, bijoux de piercing…

Head Shop
Magasin borderline d’Amsterdam
Head Shop d’Amsterdam

Parmi les objets, je remarque de beaux éléphants en verre de différentes couleurs… Ça me confirme que cette boutique s’adresse aussi aux touristes, qui comme nous sont en quête de vision d’éléphants roses sans se risquer à la consommation de ces produits qui sont aussi dangereux à Amsterdam qu’ailleurs…

Il parait que même un brownie au cannabis, malgré son aspect inoffensif, peut avoir des effets très importants… (beaucoup plus qu’un simple joint).

Un vendeur est là pour nous informer plus précisément sur les effets de tel ou tel produit, un conseiller, comme un pharmacien d’un autre genre…

Je suis à la fois amusée et… attristée à l’idée que ces produits qualifiés de « récréatifs », peuvent aussi devenir la source d’une dépendance qui gâchera la vie de certains à jamais…

Toute cette exposition autour de la drogue fait partie du folklore… Va voir si tu visites Amsterdam… Mais franchement, n’y va pas que pour ça !

Y’a mieux à faire dans cette magnifique ville… Et puis, le narco-tourisme, ça soule un peu les habitants qui sont partagés entre la tolérance qui les caractérisent et l’agacement produit par les nuisances nocturnes que ceux qui se lâchent trop créent.

Qu'en penses tu ? Laisse ton commentaire